METRONOMY

ELECTRO-POP (UK)

En 10 ans et quatre albums, Joseph Mount – l’adolescent anglais un poil torturé qui composait sur son ordi, enfermé seul dans sa chambre – aura achevé sa métamorphose, construisant de toutes pièces son groupe Metronomy. De Pip Paine, premier album instrumental post-ado et aussi prometteur que maladroit, au sublime Love Letters il y a deux ans, Joseph Mount n’aura cessé de redéfinir les contours de la pop, la mélangeant avec la même aisance aux artefacts électroniques qu’à la mélancolie californienne ou une certaine conception de la soul. En 2011, The English Riviera, virée estivale du côté des palmiers de Los Angeles et de Steely Dan avait imposé Metronomy sur la carte mondiale de la pop moderne. En 2014, Love Letters, disque de rupture, épuré, quasi acoustique avait puisé dans l’héritage soul, façon Brian Wilson et les Supremes. Aujourd’hui Summer 08 se permet des embardées déviantes. . De l’électro-disco d’ « Old Skool » perturbée par les scratch de Mix Master Mike des Beastie Boys au funk très Princier de « Miami Logic » en passant par « Mick Slow », balade sentimentale à faire pleurer des rivières ou le très dance « Hang Me Out To Dry », en duo avec Robyn, qui porte tatoué sur ses sillons le mot ‘tube’.

Leave a Reply

Your email address will not be published.